•  

     

     

     Les cent premières décimales de π :

     

    3.14159 26535 89793 23846 26433 83279 50288 41971 69399 37510 58209 74944 59230 78164 06286 20899 86280 34825 34211 70679

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Algorithme d'Euclide

    Pour calculer le PGCD (plus grand diviseur commun) de a et b, on suit les étapes suivantes :

    1. On effectue la division euclidienne de a par b.

    2. On divise le diviseur de la division précédente par son reste.

    3. On recommence cette procédure jusqu'à obtenir un reste nul.

    Le PGCD de a et b est le dernier reste non nul.

    Exemple

    Quel est le PGCD de 720 et de 192 ?

    720=192*3+144

    192=144*1+48        PGCD(720,192)=48

    144=48*3+0

     

    Le dernier reste non nul est 48 donc le PGCD de 720 et 192 est 48.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Les nombres s'écrivent avec des chiffres peu nombreux.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pour intéresser les élèves aux mathématiques, il faut un prof de maths charismathique.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  "L'expérience esthétique type peut être regardée comme renfermant trois moments successifs : 1- un effort préliminaire nécessaire pour bien saisir l'objet, et proportionnel à la complexité (C) de l'objet ; 2- le sentiment du plaisir ou mesure esthétique (M) qui récompense cet effort préliminaire ; 3- ensuite la perception consciente que l'objet jouit d'une certaine harmonie ou symétrie ou ordre (O), plus ou moins caché, qui semble être une condition nécessaire, sinon suffisante, pour l'expérience esthétique elle même. Ainsi se pose presque immédiatement la question, de déterminer, dans un cas donné, jusqu'à quel point cette mesure esthétique n'est que l'effet de la densité des relations d'ordre, c'est à dire leur rapport à la complexité. Et ainsi semble-t-il bien naturel de proposer une formule telle que M=O/C. Le besoin esthétique bien connu de l'unité dans la variété est évidemment étroitement lié avec notre formule. La définition du beau comme présentant le nombre maximum d'idées dans le minimum de temps, donnée par le hollandais HEMSTERHUIS au XVIIIème siècle, est aussi d'une nature analogue."

    Beauté et Esthétique Mathématique de SIMON DINER 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • J'ai remarqué qu'un bon chien de chasse comprend tout ce que lui 
    dit son maître et que le maître ne comprend pas tout ce que lui 
    dit son chien.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
    • "Un homme sans fois ne croit pas pouvoir multiplier."

    • "Mon travail a toujours cherché à concilier vérité et beauté, mais lorsque j'avais à choisir entre l'une et l'autre, généralement je préférais la beauté."

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires